Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 18:50
Discours de l’Ambassadeur de France en Israël, M. Christophe Bigot, à l’occasion de la cérémonie commémorative du Yom Ha Shoah organisée par les Fils et Filles des Déportés juifs de France à Roglit
(08/04/2013)

Cher Arno Klarsfeld, représentant de l’Association des Fils et Filles de Déportés juifs de France, Chers Robert et Valérie Spira, Monsieur le Consul général à Jérusalem, Frédéric Desagneaux, Monsieur le Consul général à Tel Aviv, Patrice Matton, Monsieur le Consul à Haïfa, Gilles Courregelongue, Monsieur Méir Habib, vice-président du CRIF, Chers élus de l’Assemblée des Français de l’étranger, Très chers compatriotes, Chers survivants, enfants de survivants de la Shoah, ainsi que vous qui êtes si intensément liés par la famille, l’amitié, le souvenir Que soit vivement remercié le KKL qui nous accueille.


C’est avec une profonde émotion que, chaque année, en ce jour si particulier de Yom Hashoah, nous nous retrouvons à Roglit pour un moment de recueillement dans le souvenir des 80 000 juifs déportés de France vers l’effroi des camps nazis et fortifier ainsi nos mémoires toujours endeuillées, pour que cette forêt de 80 000 arbres continue de grandir et de protéger leurs souvenirs.


Ensemble, nous faisons face à ces lettres bouleversantes gravées sur les pierres blanches d’Israël - ces noms dont les destins ont été si radicalement niés par l’ignominie nazie, dont la dignité d’homme a été définitivement mutilée par d’autres hommes. Ces noms de disparus sont les noms de ceux que Malraux appelait « nos frères dans l’ombre de la nuit ». Assassinés dans des conditions abominables uniquement parce qu’ils étaient juifs. La folie de la machine exterminatrice a duré jusqu’au dernier jour. La volonté d’effacer toutes traces a toujours été présente dans l’idéologie nazie. Les Juifs le savaient. Dans la terre du complexe d’Auschwitz-Birkenau, dans les ruines du ghetto de Varsovie, longtemps après la guerre, on a retrouvé des manuscrits roulés dans des bouteilles, écrits en yiddish, pour laisser une trace de ce qui fut. Jusqu’à leur dernier souffle, le besoin de témoigner de ceux qui étaient réduits à rien était irrépressible. La lecture de ces textes, aujourd’hui encore, est insoutenable. Il a fallu du temps, beaucoup de temps, pour que le monde reconnaisse le caractère unique de la Shoah. Les rescapés parlaient ou écrivaient dans le vide. Faut-il rappeler que Si c’est un homme de Primo Levi, a été vendu à moins de 500 exemplaires lors de sa parution en 1947 ! Il faudra attendre les années 70 et, paradoxalement, les premières vagues négationnistes, pour que les survivants, les naufragés, témoignent à nouveau et soient écoutés. Il y a des crimes si terribles, si monstrueux, que personne ne veut savoir. Aujourd’hui encore, malgré les milliers de livres, de films, consacrés à la Seconde Guerre mondiale, la Shoah reste inimaginable, incompréhensible, tant le crime est au-delà de l’imagination humaine.


L’oreille sur ces pierres, nous pouvons encore entendre le souffle et l’écho des millions d’hommes, de femmes et d’enfants juifs plongés dans l’enfer des camps ; un souffle aujourd’hui plus fracassant que les bruits des wagons à bestiaux s’ébranlant vers l’Est, plus bruyant que les impitoyables éructations des kapos, plus éloquent aussi que le plus nécessaire des discours.


La France a sa part de responsabilité dans cette barbarie. Il faut regarder la vérité en face : la folie criminelle de l’occupant a été tolérée, secondée, parfois même pressée par des Français – hommes politiques, policiers, juges et fonctionnaires trop zélés - et par l’Etat français. Comme l’a exprimé avec force le Président de la République, François Hollande, lors de son discours commémorant la Rafle du Vél d’Hiv, ce « crime fut commis en France, par la France (…) Ce fut aussi un crime contre la France, une trahison de ses valeurs. »


Je n’oublie pas non plus les hommes et les femmes, héros ordinaires, dont l’attitude extraordinaire a permis de sauver trois quarts des juifs de France, sans doute le chiffre le plus élevé de l’Europe occupée. Nous le devons aux Justes, nous le devons à l’engagement d’associations comme l’OSE, nous le devons à la Résistance bien sûr - la « Voix de l’embuscade et de l’avant-garde française », la voix du Veilleur du Pont-au-Change du poème de Robert Desnos de 1942. Des plus illustres – Jean Moulin, Lucie et Raymond Aubrac, Alexandre Parodi, diplomate et membre du Conseil d’Etat – aux plus modestes, ils ont à leur manière ralenti la dynamique de destruction à l’œuvre. Je pense en particulier à l’histoire de Simone Michel-Lévy, agent des PTT, qui développa un maillage de boites aux lettres clandestines pour l’acheminement de communications secrètes à travers toute la France. Simone Michel-Lévy fut déportée et exécutée comme tant d’autres. Son combat, celui de tous ceux – Justes, résistants et juifs eux-mêmes – qui se dressèrent face à l’hydre antisémite n’est pas achevé.


Je n’oublie pas que la France fut la première, trop tard il est vrai, à s’opposer avec Londres à l’Allemagne nazie. Je n’oublie pas les 250 000 soldats français morts sur le champ de bataille.


Aucune société n’est immunisée contre le fléau de l’antisémitisme. Un seul acte, une seule parole antisémite sera toujours un acte de trop, une parole de trop, insoutenable. Nous ne pouvons pas comprendre la Shoah, écrivait Primo Levi. Mais nous devons comprendre d’où elle est issue et toujours nous tenir sur nos gardes.


Comment, 70 ans après les atrocités de la Shoah, (ici le discours fut interrompu à plusieurs reprises, Christophe Bigot la gorge nouée par l'émotion n'arrivait plus à s'exprimer) Myriam, Arié, Gabriel et Jonathan, des enfants et le père de deux d’entre eux, pouvaient-ils être assassinés, dans leur école, au prétexte qu’ils étaient juifs ? Comment Ilan Halimi pouvait-il être torturé et tué ?


Vous connaissez l’engagement de la France contre l’antisémitisme, contre le terrorisme. La mobilisation de la République française est totale pour éradiquer ce mal, et l’engagement déterminé de la France au Mali y participe. "c'est vrai, mais les armes fournies par la France aux islamistes libyens servent aujourd'hui au Mali contre les soldats Français, Et la France envisage à moins qu'elle ne l'ai déjà fait de livrer des armes aux insurgés syriens totalement phagocytés par les iIslamistes" Malheureusement, la vérité est tristement cruelle : les actes antisémites n’ont pas cessé ; ils ont même fortement augmenté, comme contaminés par un pernicieux « effet Merah ». 2012 restera une année noire dans l’histoire de France sur le front de l’antisémitisme. "Largement influencés par les médias qui par leur détestation d'Israël au nom de l'antisionisme qui les anime, ont suscité une haine des juifs, ce qui est de l'antisémitisme. Martin Luther King disait l'antisionisme c'est de l'antisémitisme".


La France, vous le savez, en a fait une priorité nationale, en termes de police, de justice, (Lorsqu'on nomme un Ministre de la Justice dont l'unique politique consiste à vider les prisons des 80.000 détenus, on sabote le travail de la police) d’éducation, (Lorsque les enseignants sont empêchés d'enseigner la Shoah par des élèves musulmans sous le prétexte que cela choque leur susceptibilité, que c'est une insulte à l'islam, que c'est contraire à leur conception de l'histoire, ce qui est du négationisme on ne peut aller dans le sens recherché), pour lutter contre les nouvelles menaces et endiguer la prolifération de la haine partout où elle s’insinue, sur internet, dans les prisons… Nous sommes déterminés car l’antisémitisme heurte au plus profond les valeurs de la République et l’identité de la France.


Grâce à l’Association des fils et filles de Déportés de France créée par Serge et Beate Klarsfeld dont je tiens à saluer le travail et la persévérance, cette œuvre de mémoire, dans cette forêt du souvenir, rend une identité, une dignité, une sépulture que la folie nazie voulait réduire à néant. Sereine revanche gagnée contre la barbarie, Roglit entretient aujourd’hui « la flamme sacrée de l’inquiétude et de la fidélité aux choses invisibles », pour emprunter les mots de Vladimir Jankélévitch.


Ce combat contre l’oubli, contre le négationnisme, contre l’indifférence n’est jamais achevé. C’est notre devoir immuable aujourd’hui et ce sera le défi des jeunes générations demain de le poursuivre. Ce sera à nos jeunes de porter la flamme, de témoigner, de transmettre la mémoire du peuple juif, des souffrances et des camps. Puisse cette forêt protéger longtemps du silence de l’oubli les chuchotements des hommes, des femmes et des enfants, nos frères en humanité qui ne sont pas revenus !


Merci de votre attention.

 

Ce texte superbe de Christophe Bigot fait partie du bon côté de la France, par contre des interrogations pressantes se sont faites entendre à Roglit même et dans le bus qui nous ramenait, sur la présence plus qu'inopportune du Consul Général de France à Jérusalem, qui quelques jours auparavant avait cautionné les propos racistes de manifestants arabes appelant à l'éradication de l'État d'Israël.

 

La politique Étrangère de la France représente la mauvaise France; la France xénophobe, et raciste, qui soutient les thèses révisionistes des arabes prétendant que la Shoah n'a pas existé.

 

Et bien moi je soutiens le contraire, la meilleure des preuves est gravée dans la pierre, le nom 80.000 disparus inscrit sur le mur de Roglit, le mur du souvenir à Paris, et les 6 millions de nom répertoriés à Yad Vashem, c'est une insulte à leur mémoire que la présence indésirable de cette personne à une telle cérémonie.

 

Eli LAIK

Partager cet article

Repost 0
Published by les-francophones-d-israel.over-blog.com - dans Elections à l'Assemblée Nationale Française
commenter cet article

commentaires

Bernard 10/04/2013 06:25

Oups,
L'assignez à résidence et pas à demeure.

Vivre en Israël nous fait perdre l'usage du bon Français, Gérard qui s'est toujours impliqué dans la formation pourrait s'impliquer dans la Francophonie, nous ne pouvons y adhérer car le Liban s'y
oppose.

le Liban dominé par les racistes terroristes Islamistes du Hezbollah (que la France refuse de reconnaitre comme terroriste).

La France peut être pas, mais le Quai d'Orsay certainement.

Bernard

Bernard 10/04/2013 06:18

Oups des terroristes et non des terroriste.

Bernard 10/04/2013 06:15

@Gérard,

Nous ne sommes pas des assassins du H+amas qui défenestrent leurs frères du Fatah lors de leur coup d'État à Gaza.

Nous ne sommes pas des assassins du Fatah qui défenestrent les militaires de Tsahal comme nous l'avons vu en boucle sur la vidéo qu'ils nous ont obligeamment fournie.

Voilà pourquoi les Occidentaux doivent se taire au lieu de vouloir nous imposer de tels interlocuteurs pour parler de la paix.

On parle de paix avec ses ennemis, on ne peut pas parler de paix avec des gens qui veulent vous éradiquer, pour prendre votre place.

On ne parle pas, et on ne négocie pas avec des terroriste, il faut les terroriser dixit Charles Pasqua, qui n'était pas un "colon sioniste".

Si vous voulez que ce discours change, il faut que vous expulsiez le Quai d'Orsay de Paris et que vous l'assigniez à demeure à Gaza, tant que vous ne l'aurez pas fait, nous n'aurons pas la
paix.

Bernard

Eli laik 09/04/2013 17:38

@ Gérard,

Il n'était pas dans le bus, seulement sur le site de Roglit, Il ne prend pas le bus, il est venu avec sa voiture de fonction accompagné par son chauffeur, le tout payé avec nos impôts.

Eli

Gérard 09/04/2013 17:35

Il suffisait de jeter du bus ce consul qui n'avait rien à faire dans ce voyage. Sa présence à elle seule est une insulte aux victimes de la Shoah

J'ai une grande admiration pour l'ambassadeur Bigot

Gérard

Présentation

  • : Le blog de les-francophones-d-israel.over-blog.com
  • : -Rassembler tous les francophones israéliens, afin qu'ils s'expriment auprès des autorités, et évoquent les améliorations susceptibles de faciliter leur intégration pour une Alyah réussie. -Cela passe par l'élection d'un député à la Knesset au poste réservé aux Olim. -Par la présentation d'un francophone sur les listes électorales municipales afin de relayer sur le terrain les actions du député.
  • Contact

Profil

  • les-francophones-d-israel.over-blog.com
  • Mes trois buts dans la vie:
1) La vérité
2) La vérité
3) La vérité
  • Mes trois buts dans la vie: 1) La vérité 2) La vérité 3) La vérité

Recherche

Les-Francophones-D-Israel